Caroline Atallah

Home / Caroline Atallah

EN CHARGE DE LA DIRECTION ARTISTIQUE REGARDS STUDIO

 

  • Quel lien faites-vous entre votre métier et le terrarium ?

La nature tient un rôle essentiel pour la planète comme pour le bien-être. Il suffit d’observer comme soudain, au cours d’une promenade en forêt, on se sent bien et libérés…C’est LA révélation. En fait c’est nous qui étions à l’étroit, comme dans un bocal. Alors on cherche à retourner aux sources avec des matériaux naturels et bruts, des couleurs évocatrices comme le vert, fraîchement tendance.

 

  • Quels aspects de votre métier vous motivent le plus au quotidien ?

Pour commencer il faut bien discerner l’Architecture d’Intérieur de la Direction Artistique. Pour moi l’un ne va pas sans l’autre. La première retranscrit les souhaits du client dans un environnement épanouissant, à son image. La deuxième va plus loin et c’est ce qui me fascine : il faut saisir ce que le client ne dit pas, ce qu’il cache dans son bocal et dont il a besoin sans même le savoir.

 

  • Un projet dont vous aimeriez nous parler ?

En 2016, Bruegger’s investissait sur le retail français en profitant de l’extension d’un centre commercial à Rennes. J’ai eu la chance d’être consultée sur ce projet d’envergure qui impliquait de totalement repenser l’expérience de la marque américaine pour l’adapter à notre marché. Consciente d’être challenger, j’ai répondu à l’appel d’offre en souhaitant à tout prix sortir du lot avec une proposition forte qui remettait les attentes du client en question. Le fameux bocal. Résultat, un an après, la première boutique était livrée dans les temps et devenait trois fois plus rentable que prévu.

 

  • Quels traits de personnalité vous reconnaît-on ?

Les clients apprécient mon professionnalisme et la place fondamentale que j’accorde à nos échanges. J’aime comprendre la demande de mes interlocuteurs dans les détails, comprendre les raisons qui les ont amenés à cette demande…au-delà du fait qu’elle réponde à une tendance. Au fil de nos discussions, nous prenons nos distances avec les évidences.